Le sablier des solitudes

Texte de la quatrième de couverture :

Début janvier. À la tombée du jour, sur une route provinciale, la poudrerie gêne la visibilité. Emportés par une rafale, une dizaine de véhicules entrent en collision. Le spectaculaire carambolage qui s'ensuit plonge ses victimes dans l'air glacial. Treize solitudes regardent s'écouler les minutes dans cet étrange sablier où ils sont tombés.

Militaire, étudiant, masseuse, peintre, ministre, fillette, ingénieur,camionneur: ils ressemblent à un peu tout le monde et viennent d'un peu partout, sans lien apparent sinon cet accident,aussi brutal qu'imprévisible. Certains en mourront, quelques-uns en sortiront brisés, d'autres tenteront de reprendre en main leur existence. Aucun n'aura vécu ce carambolage sans y avoir laissé ou reconquis une part de lui-même.

Dans le style dépouillé au rythme enlevant qui a séduit les lecteurs de La canicule des pauvres, Jean-Simon DesRochers réussit le défi d'un roman choral à la fois tendre et impitoyable, où la vie normale ne l'est pas toujours, où la mort offre une raison simple de s'accrocher à la vie.

Éditions Les Herbes rouges. 2011, 359 p.

Lire les premières pages.

FINALISTE, PRIX DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL 2011
FINALISTE, PRIX LITTÉRAIRE DES COLLÉGIENS 2012
FINALISTE, PRIX DES LIBRAIRES DU QUÉBEC 2012

Acheter ce livre.

 

 

 

Extraits du dossier de presse : 

«C'est superbement bien écrit, je vous le dis, Jean-Simon DesRochers est un auteur à retenir, c'est un grand écrivain.»

Danielle Laurin, ARTV

 

«Une route en janvier. Treize personnages dans la solitude de leurs véhicules. Un carambolage qui fusionnera pour un instant les destins et les corps. Après le choc de son premier roman audacieux, La canicule des pauvres, Jean-Simon DesRochers, encore une fois, frappe fort avec Le sablier des solitudes.»

Chantal Guy, La Presse (Lire l'article)

 

«Ce que Jean-Simon DesRochers manie, c'est l'art de la lucidité extrême. Il refuse d'emprisonner ses personnages dans des valeurs morales, des valeurs éthiques, démontrant les dérives qui sont les nôtres.»

Jean Fugère, Radio-Canada

 

«En somme, DesRochers récidive son tour de force initial avec ce nouveau roman choral où toutes ces voix disparates entonnent une sorte d'hymne à la capacité de l'humain de lutter contre l'adversité, de triompher parfois et d'en profiter pour se réinventer.»

Stanley Péan, Le Libraire

 

«Un roman d'une très grande exactitude qui impose un auteur avec lequel il faudra dorénavant compter.»

Hugues Corriveau, Lettres Québécoises

 

«Il faut un talent certain pour ainsi traduire les tropismes qui animent la communauté sans donner dans la caricature. Ce talent, Jean-Simon DesRochers le possède sans nul doute.»

Martine-Emmanuelle Lapointe, Voix et images